Cas contacts, Tag positif, Prise en charge des Tag, Vaccination par les préparateurs, Autotests supervisés en officine

POINT INFO DU 28/07/2021

 

Evolution de la définition des cas contacts

Un DGS URGENT modifie la définition des cas contact.

Personnes contact à risque élevé :

  • schéma vaccinal incomplet (injection d’une seule dose par exemple) OU,
  • schéma vaccinal complet datant de moins de 7 jours pour les vaccins Pfizer, Moderna, Astra Zeneca, Covidshield ou de moins de 4 semaines pour les vaccin Janssen OU,
  • personne atteinte d’une immunodépression grave, qu’elle ait ou non reçu une 3ème

Personnes contact à risque modéré :

  • schéma vaccinal complet datant de 7 jours ou plus pour les vaccins Pfizer, Moderna, Astra Zeneca, Covidshield ou de 4 semaines ou plus pour les vaccins Janssen.

TABLEAU A RETROUVER ICI

 

 

 

 

 

TAG positif = RT PCR de confirmation et RT-PCR de criblage

Les tests antigéniques positifs doivent désormais faire l’objet d’un test RT-PCR et d’un test de criblage. Si le résultat du TAG et du RT-PCR diffèrent, le résultat du RT-PCR sera retenu.

L’USPO s’interroge sur cette décision alors que les TAG sont fiables et ne donnent pas de faux positifs.

 

Les préparateurs autorisés à vacciner en officine

A la demande de l’USPO, les préparateurs sont désormais autorisés à vacciner en officine sous la supervision d’un pharmacien formé à la vaccination (arrêté du 27 juillet).

Les préparateurs peuvent vacciner l’ensemble des personnes de 12 ans et plus, à l’exception des personnes ayant des antécédents de réaction anaphylactique à un des composants du vaccin ou ayant présenté une réaction anaphylactique lors de la première injection.

Une formation devra être dispensée par un professionnel de santé (pharmacien ou autre) déjà formé à la vaccination.

Pour rappel, seuls les pharmaciens sont autorisés à prescrire le vaccin.

 

TAG : évolution des conditions de prise en charge et majoration pour le dimanche

TAG réalisé le dimanche

Le tarif des tests réalisés le dimanche est majoré de 5 euros.

Cette majoration est facturée comme un honoraire de garde du dimanche.

L’USPO, réservée sur l’utilité de cette mesure pour renforcer la stratégie de dépistage, s’étonne néanmoins que la vaccination n’ait pas fait l’objet d’une majoration identique.

Tarif des TAG non pris en charge

La réalisation d’un test antigénique est facturée 19 euros, qu’il soit ou non pris en charge par l’Assurance maladie, auquel s’ajoute le prix du test à 6,01€.

L’arrêté du 27 juillet aligne donc le prix des tests antigéniques non pris en charge sur celui des tests pris en charge.

Evolution des conditions de prise en charge des TAG

Les TAG sont désormais pris en charge pour les personnes étrangères ne résidant pas en France en provenance d’un pays classé « rouge » et sur présentation de l’arrêté préfectoral individuel justifiant leur isolement et de la nécessité de réaliser un test à l’issu de cet isolement.

Les TAG sont également pris en charge lorsqu’ils sont réalisés dans le cadre de l’accès aux établissements, lieux et événements de plus de 50 personnes (musée, cinéma, théâtre, lieux sportifs…). Cette prise en charge n’est plus désormais limitée aux discothèques.

Pour rappel, les TAG sont pris en charge pour :

  • les assurés français,
  • les étrangers résidant en France,
  • les étrangers ne résidant pas en France mais disposant d’une prescription médicale ou identifiés comme cas contact et sur présentation de la carte européenne d’assurance maladie (UE + Norvège + Islande + Liechtenstein + Suisse),
  • les étrangers ne résidant pas en France en provenance d’un pays rouge sur présentation de l’arrêté préfectoral individuel justifiant leur isolement et la nécessité de réaliser un test à l’issu de cet isolement.

 

Pass sanitaire – précisions sur les documents nécessaires

L’USPO met à votre disposition sur le site www.uspo.fr un tableau récapitulant les documents validant le pass sanitaire en fonction des situations (activité, déplacements…).

 

Autotests supervisés en officine

Afin de renforcer la stratégie de dépistage, le ministère envisage d’autoriser les pharmaciens à superviser l’auto-prélèvement nasal.

Après cet auto-prélèvement, le pharmacien devra valider le test et remettre le résultat au patient.

L’USPO est très réservée sur cette proposition qui ne simplifiera aucunement le travail en officine.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Donnez-nous votre avis en répondant à ce rapide sondage : https://fr.surveymonkey.com/r/autotestpharmacie

 

Pierre-Olivier Variot, Président de l’USPO

Publication :29 juillet 2021 | Catégorie(s) :