FAQ – Toutes les réponses à vos questions COVID-19

26/10/2020 – A IMPRIMER

I. Covid-19 en pharmacie – Gestion du personnel

  1. Que dois-je faire si un de mes salariés est un cas contact ?
  2. Si le salarié est positif

II. Masques

  1. Qui sont les personnes vulnérables éligibles pour les masques du stock Etat et les masques pris en charge par l’Assurance maladie ?
  2. Quelle inscription doit figurer sur l’ordonnance prescrivant les masques ?
  3. Puis-je renouveler la dispensation des masques si l’ordonnance n’est pas renouvelable ?
  4. Puis-je délivrer 30 masques ou 50 masques du stock Etat aux patients ?
  5. Y a-t-il un tarif spécifique de prise en charge des masques enfants cas contact/patients vulnérables ou patient Covid ?
  6. Puis-je, de nouveau, distribuer les masques du stock Etat aux professionnels de santé ? Si oui, jusqu’à quand ?

III. Tests antigéniques

  1. Où-puis-je m’approvisionner en tests antigéniques ?
  2. Où puis-je m’approvisionner en EPI ?
  3. Quels sont les EPI obligatoires pour réaliser ces tests antigéniques ?
  4. Est-ce que les EPI sont obligatoires uniquement pour la personne qui prélève ?
  5. Qui sont les patients éligibles aux tests antigéniques en pharmacie ?
  6. Est-ce que la personne doit se présenter avec une ordonnance pour que je puisse réaliser le test et qu’elle soit prise en charge ?
  7. Ai-je le droit de réaliser des tests antigéniques les jours fériés et dimanche, si ma pharmacie est fermée et que je ne suis pas de garde ?
  8. Puis-je installer un barnum sur le parking de ma pharmacie ou sur la rue devant ma pharmacie pour réaliser les tests ?
  9. Puis-je installer un barnum à 100 m de ma pharmacie pour réaliser les tests ?
  10. Puis-je réaliser le prélèvement en mode « drive » ?
  11. Où dois-je jeter les déchets des tests antigéniques ?
  12. La formation est-elle obligatoire ?
  13. Est-ce que la formation TROD Angine peut suffire ?
  14. Est-ce que la formation « tests antigéniques » sera prise en charge par l’ANDPC ou le FIF-PL ?
  15. Un préparateur peut-il réaliser le test antigénique ?
  16. Est-ce que je peux travailler en binôme avec un infirmier ?
  17. Dois-je demander une attestation à l’ARS pour réaliser ces tests dans ma pharmacie.
  18. Est-ce que je dois conseiller aux patients de confirmer le résultat de leur test antigénique par RT/PCR ?
  19. Quel est le tarif de facturation des tests antigéniques ?
  20. Dans quelles conditions dois-je distribuer les tests antigéniques aux autres professionnels de santé ?

IV. Vaccination

  1. Si le patient n’a pas de bon mais dispose d’une ordonnance de vaccin, puis-je le vacciner ?
  2. Faut-il que je garde le 2ème volet du bon de prise en charge ?
  3. Doit-on séparer les déchets mous (compresses) des seringues ?

V. Téléconsultation / Télésoin

  1. Qu’en est-il des ordonnances présentées sur un support numérique ou autre ?
  2. Est-ce que je peux réaliser un télésoin en pharmacie ?

VI. Organisation de l’officine

  1. Travail en pharmacie, quelles précautions à prendre contre le Covid
  2. Protocole national de la santé et la sécurité en entreprise
  3. Quelles sont mes responsabilités en tant qu’employeur ?
  4. Comment organiser ma pharmacie pour respecter les gestes barrières ?
  5. Que faire en cas de menaces envers mon personnel ?
  6. Comment dois-je nettoyer ma pharmacie ?
  7. Comment informer facilement les patients ?

VII. Document unique d’évaluation des risques

  1. Dois-je actualiser le document unique d’évaluation des risques ?

VIII. L’accompagnement médico-psychologique

  1. Enfants en danger ? Parents en difficulté ? Le réflexe « Allo 119 »

I. Covid-19 en pharmacie – Gestion du personnel

1. Que dois-je faire si un de mes salariés est un cas contact ?

Si le salarié est asymptomatique, il peut continuer à travailler

  • en respectant les gestes barrières.
  • en surveillant l’apparition éventuelle de symptômes
  • en réalisant un test RT/PCR entre le 5ème et le 7ème jour du dernier cas contact.

2. Si le salarié est positif

Il doit être isolé pendant 7 jours après les résultats du test comme le prévoit la Direction générale de la Santé.

Si des symptômes apparaissent :  Isolement pendant 7 jour à partir du début des symptômes et jusqu’à 48h après la fin de la fin de la fièvre ; Consultation du médecin

Pas de symptômes : Arrêt de l’isolement ; Pendant 1 semaine, éviter les contacts avec des personnes vulnérables et port du masque
https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/infog_gp_-_teste_positif_mais_sans_sympto_me.pdf

Pour l’instant, nous n’avons pas de communication officielle sur une reprise du travail plus précoce lorsque le salarié est positif mais asymptomatique.

II. Masques

1. Qui sont les personnes vulnérables éligibles pour les masques du stock Etat et les masques pris en charge par l’Assurance maladie ?

Un arrêté liste les personnes vulnérables. Cependant, la prescription médicale fait foi et le pharmacien peut délivrer les masques dès que le patient dispose d’une ordonnance.

2. Quelle inscription doit figurer sur l’ordonnance prescrivant les masques ?

Le terme « masques » suffit pour délivrer les masques. Il n’est pas nécessaire de mentionner le nombre exact de masques ou la durée.

3. Puis-je renouveler la dispensation des masques si l’ordonnance n’est pas renouvelable ?

Oui, vous pouvez. L’important est d’éviter que le patient se rende chez le médecin uniquement pour une ordonnance de masques.

4. Puis-je délivrer 30 masques ou 50 masques du stock Etat aux patients ?

Non, les masques du stock Etat doivent être délivrés aux patients dans les mêmes conditions, à savoir 28 masques pour les patients Covid + et les cas contact et 10 masques par semaines pour les patients vulnérables.

5. Y a-t-il un tarif spécifique de prise en charge des masques enfants cas contact/patients vulnérables ou patient Covid ?

Non, il n’y a pas de tarif spécifique pour les masques enfants pris en charge par l’Assurance maladie.
Vous pouvez facturer dans les mêmes conditions et avec le même montant pour les enfants et les adultes qu’ils soient cas contacts, patients vulnérables, patients Covid+.

6. Puis-je, de nouveau, distribuer les masques du stock Etat aux professionnels de santé ? Si oui, jusqu’à quand ?

Le ministère de la santé a modifié la doctrine de distribution des masques du stock Etat et des masques achetés par les pharmacies et remboursés par l’Assurance maladie (DGS Urgent du 23 octobre).

Les pharmacies pourront dispenser les masques du stock Etat jusqu’à épuisement des stocks aux professionnels de santé libéraux et aux patients Covid-19, patients vulnérables et cas contacts en respectant les modalités de répartition et de facturation en vigueur depuis le 11 juillet (voir document récapitulatif de l’USPO : https://uspo.fr/wp-content/uploads/2020/07/2020-09-masques-ps.pdf)

Pour l’instant, cette possibilité est limitée au 30 octobre. L’USPO a demandé au ministère de prolonger la distribution des masques Etat aux professionnels de santé et aux patients jusqu’à épuisement des stocks.

Les pharmacies pourront dispenser les masques achetés et pris en charge par l’Assurance maladie aux patients Covid-19, aux patients vulnérables et aux cas contacts mais également aux accueillants familiaux et salariés de particuliers employeurs intervenant auprès de personnes âgées ou en situation de handicap pour les actes essentiels de la vie.

Nous attendons encore la confirmation du ministère quant aux nombres de masques qui pourront être distribués à ces nouveaux destinataires (30 ou 50 masques).
Les conditions de facturation et de répartition n’ont pas évolué depuis le 5 octobre : https://uspo.fr/masques-dispensation-a-lofficine-a-compter-du-5-octobre-2020/

Masques issus du stock Etat jusqu’à épuisement
(selon la doctrine Etat)
Masques chirurgicaux achetés par les pharmacies et remboursés par l’Assurance maladie Justificatif pour la distribution des masques
Masques chirurgicaux Masques FFP2
Professionnels de santé Libéraux X X Carte professionnelle
Patients Covid +,
Cas contacts
28 masques pour 14 jours 30 masques Justificatif de l’Assurance maladie (mail/SMS) ou résultat positif PCR
Patients à haut risque médcial 10 masques par semaine 50 masques
pour 5 semaines
Prescription
Accueillants familiaux  Combien ? en attente de confirmation Carte d’identité + attestation de moins de 3 mois de l’ACOSS/CESU
Salariés de particuliers employeurs intervenant auprès de personnes âgées ou en situation de handicap pour les actes essentiels de la vie Combien ? en attente de confirmation Carte d’identité + attestation de moins de trois mois de l’ACOSS/CESU indiquant le nombre de masques attribués, complétée avec leur nom, signature et le nom de l’employeur

III. Tests antigéniques

1. Où-puis-je m’approvisionner en tests antigéniques ?

Vous pouvez les commander auprès de vos groupements ou auprès des grossistes. Attention, seuls les tests listés sur le site internet du ministère https://covid-19.sante.gouv.fr/test peuvent être proposés aux patients.

2. Où puis-je m’approvisionner en EPI ?

Vous pouvez les commander auprès de vos groupements ou auprès des grossistes.

3. Quels sont les EPI obligatoires pour réaliser ces tests antigéniques ?

  • Masque FFP2
  • Gants
  • Protection oculaire (Visière ou lunette de protection)
  • Charlotte

4. Est-ce que les EPI sont obligatoires uniquement pour la personne qui prélève ?

L’arrêté ne fait pas de distinction entre la personne qui prélève et la personne qui réalise le test. Aussi, nous vous recommandons de vous protéger également lorsque vous procéder à l’analyse de l’écouvillon.

5. Qui sont les patients éligibles aux tests antigéniques en pharmacie ?

Les personnes éligibles aux tests antigéniques sont :

  • Les patients asymptomatiques à l’exception des personnes cas contact et des personnes détectées au sein d’un cluster.
  • Les patients symptomatiques, sur simple déclaration,
  • s’ils sont âgés de 65 ans ou moins
  • si leurs symptômes sont apparus dans un délai inférieur ou égal à 4 jours,
  • s’ils ne présentent pas de risques grave de développer de la Covid-19 :
  • hypertension artérielle compliquée (avec complications cardiaques, rénales et vasculo-cérébrales)
  • ATCD d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, de chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV* ;
  • les diabétiques, non équilibrés ou présentant des complications* ;
  • les personnes ayant une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale (broncho pneumopathie obstructive, asthme sévère, fibrose pulmonaire, syndrome d’apnées du sommeil, mucoviscidose notamment) ;
  • les patients ayant une insuffisance rénale chronique dialysée ;
  • les malades atteints de cancer évolutif sous traitement (hors hormonothérapie) ;
  • les personnes présentant une obésité́ (indice de masse corporelle (IMC) > 30 kgm-2)

6. Est-ce que la personne doit se présenter avec une ordonnance pour que je puisse réaliser le test et qu’elle soit prise en charge ?

Non, aucune ordonnance médicale n’est nécessaire.

7. Ai-je le droit de réaliser des tests antigéniques les jours fériés et dimanche, si ma pharmacie est fermée et que je ne suis pas de garde ?

L’article L.5125-22 du code de la santé publique prévoit qu’une pharmacie peut rester ouverte pendant tout le service concerné, même si elle n’est pas de garde.

Rien ne vous interdit de proposer la réalisation de tests antigéniques si votre pharmacie est habituellement fermée ce jour.

Nous vous recommandons de prévenir les confrères de garde afin d’anticiper toute difficulté.

8. Puis-je installer un barnum sur le parking de ma pharmacie ou sur la rue devant ma pharmacie pour réaliser les tests ?

Nous attendons une confirmation du ministère sur ce point.

Si cette possibilité est validée par le ministère, vous pourrez installer un barnum et réaliser les tests antigéniques sous ce barnum. Si vous devez utiliser l’espace public pour installer le barnum, nous vous recommandons de contacter votre mairie.

9. Puis-je installer un barnum à 100 m de ma pharmacie pour réaliser les tests ?

Si la possibilité de réaliser les tests antigéniques sous un barnum est validée par le ministère, nous vous recommandons, de l’installer au plus proche de votre pharmacie.

10. Puis-je réaliser le prélèvement en mode « drive » ?

Nous attendons une confirmation du ministère sur ce point.

11. Où dois-je jeter les déchets des tests antigéniques ?

Les DASRI peuvent être placés dans les boîtes jaunes DASTRI. Nous travaillons actuellement avec le ministère et l’éco-organisme pour organiser la collecte de ces déchets.

Pour les EPI, vous devez les placer dans une poubelle fermée hermétiquement pendant 24heures puis les jeter dans les déchets ménagers.

12. La formation est-elle obligatoire ?

Oui, le professionnel doit être formé au geste du prélèvement par un autre professionnel de santé déjà formé ou par une formation e-learning.

Certaines URPS (Ile de France, Bourgogne Franche-Comté, Hauts de France, Corse, Auvergne-Rhône-Alpes) vont organiser des formations avec des faux-nez. Pensez à les contacter.

L’arrêté du 16 octobre prévoit également qu’une « formation est dispensée aux professionnels qui seront conduits à réaliser les tests, pour l’utilisation des tests dans le respect des conditions prévues par le fabricant ».

Nous recommandons donc une formation (e-learning ou présentiel) afin de savoir expliquer les avantages et les limites du test, sélectionner les patients éligibles, annoncer les résultats, protéger le patient et le professionnel, enregistrer les résultats.

13. Est-ce que la formation TROD Angine peut suffire ?

Non, la formation TROD Angine ne suffit pas. Une formation spécifique aux tests antigéniques est nécessaire.

14. Est-ce que la formation « tests antigéniques » sera prise en charge par l’ANDPC ou le FIF-PL ?

Nous avons fait la demande auprès des organismes concernés et du ministère. Nous vous tiendrons informés dès que possible.

15. Un préparateur peut-il réaliser le test antigénique ?

Un préparateur peut réaliser uniquement le prélèvement. Seuls les pharmaciens peuvent effectuer la révélation du test et annoncer le résultat aux patients.

16. Est-ce que je peux travailler en binôme avec un infirmier ?

Pour l’instant, le ministère n’a pas encore validé cette possibilité. Cette organisation est essentielle, selon l’USPO, pour permettre aux plus petites officines de proposer ces tests.

Nous vous tiendrons informés dès que possible de la réponse du ministère.

17. Dois-je demander une attestation à l’ARS pour réaliser ces tests dans ma pharmacie.

Non, pour l’instant, cette option n’a pas été retenue.

18. Est-ce que je dois conseiller aux patients de confirmer le résultat de leur test antigénique par RT/PCR ?

Non, aucune confirmation par RT/PCR, et ce qu’elle que soit le résultat du test antigénique (positif ou négatif).

19. Quel est le tarif de facturation des tests antigéniques ?

La réalisation d’un test antigénique est indemnisée 34 € HT transmis à l’Assurance maladie par un code PMR (dont 9,60€ pour le prélèvement). Si le ministère autorise le pharmacien a collaboré avec un infirmier, deux lignes de facturation seront établies. L’une pour le prélèvement (9,60€) et l’autre pour le pharmacien à 24,4€.

Cette rémunération correspond à un forfait tout compris, elle inclut le coût du test et comprend le temps passé à interroger le patient (éligibilité à la réalisation du test), la réalisation du test, le rendu du résultat, ainsi que les équipements de protection individuelle.

Pour assurer la rémunération de cette activité, vous devez :

  • vous identifier en tant que prescripteur et exécutant ;
  • renseigner le NIR du patient. Si le patient n’a pas de NIR, et afin d’assurer la gratuité de la réalisation du test, renseigner le NIR anonyme spécifique 1 55 55 55 CCC 023 (dans lequel CCC correspond au numéro de la caisse de rattachement du pharmacien) ainsi que la date de naissance 31/12/1955 ;
  • renseigner systématiquement le code exonération EXO 3 ;
  • établir la facture en télétransmission SESAM sans Vitale.

20. Dans quelles conditions dois-je distribuer les tests antigéniques aux autres professionnels de santé ?

Vous pouvez distribuer les tests aux médecins et infirmiers libéraux.

  • La délivrance des tests antigéniques est limitée aux seuls professionnels de santé médecin et IDE sur présentation de leur carte CPS ou de leur numéro d’inscription à l’ordre.
  • Les tests sont issus du stock de la pharmacie (Prix limite de vente 8€ HT)
  • Chaque test antigénique est facturé 8 € HT (8,44 € TTC) sous forme d’un code PMR
  • La délivrance doit se faire sans déconditionnement. A titre d’exemple, si la délivrance de test est effectuée sous la forme d’une boite de 10 tests, alors le PMR à facturer sera de 84,40 € TTC
  • Pour assurer la gratuité de cette délivrance, vous devez :
  • renseigner le NIR du professionnel de santé médecin ou IDE ;
  • renseigner systématiquement le code exonération EXO 3 ;
  • établir la facture en télétransmission SESAM sans Vitale
  • Lorsque le professionnel de santé est un médecin ou une IDE conventionné, vous utilisez son numéro Assurance maladie. Dans les autres cas, le numéro assurance maladie du prescripteur à utiliser est le numéro générique prescripteur : n° AM 29199143 8.
  • La délivrance de test doit se faire sans déconditionnement et dans la limite d’une boite par professionnel de santé et par jour.

IV. Vaccination

1. Si le patient n’a pas de bon mais dispose d’une ordonnance de vaccin, puis-je le vacciner ?

Non, vous ne pouvez vacciner que les personnes ciblées par les recommandations vaccinales en vigueur et qui dispose d’un bon. Si la personne n’a pas de bon, mais qu’elle fait partie de la population cible, vous pouvez lui éditer un bon.

2. Faut-il que je garde le 2ème volet du bon de prise en charge ?

Oui, il faut conserver la copie du bon sur le support de votre choix

3. Doit-on séparer les déchets mous (compresses) des seringues ?

Oui, les seringues usagées font partie des déchets d’activités de soins à risques infectieux, elles doivent être jetées dans les boites jaunes.

V. Téléconsultation / Télésoin

https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladiesinfectieuses/coronavirus/professionnels-de-sante/article/teleconsultation-et-covid-19-qui-peut-pratiquer-a-distance-et-comment

1. Qu’en est-il des ordonnances présentées sur un support numérique ou autre ?

La mise en œuvre de l’e-prescription n’est aujourd’hui pas opérationnelle (mesure introduite dans les textes par la loi santé).

Toutefois, et compte tenu du contexte, le patient ou le médecin doivent théoriquement envoyer ou présenter une ordonnance via un système de transmission sécurisée : par mail, fax ou encore application mobile (par l’intermédiaire du médecin le cas échéant).

Les prescriptions émises dans ce cadre devront se faire en conformité avec les règles de droit commun de prescription/délivrance et de remboursement, afin d’éviter tout abus et mésusage.

A l’instar d’une dispensation classique, le pharmacien devra :

Source : Ordre des pharmaciens

2. Est-ce que je peux réaliser un télésoin en pharmacie ?

Oui, l’arrêté du 18 mai permet aux pharmacies d’officine de réaliser des entretiens pharmaceutiques et des bilans partagés de médication en télésoin.

Cette autorisation est conditionnée à la réalisation préalable d’un premier entretien en présence du patient à la pharmacie ou à domicile, permettant ainsi de poursuivre les entretiens pharmaceutiques et les bilans partagés de médication débutés avant la crise sanitaire.

Pour les patients en perte d’autonomie, la présence d’un aidant est requise.

Les entretiens pharmaceutiques et bilans partagés de médication réalisés en télésoin sont rémunérés dans les conditions habituelles.
Avant la parution de cet arrêté, certaines initiatives ont notamment été prises dans les Hauts de France et en Bourgogne Franche Comte pour permettre aux pharmaciens de pratiquer ces télésoins.

Plus d’informations sur le site https://www.urps-pharmaciens-hdf.fr/covid-19-urps-pharmaciens-hdf

L’USPO se mobilise également auprès de l’Assurance maladie pour que les télésoins soient autorisés pendant cette période sur tout le territoire.

La HAS a publié des informations sur les modalités de réalisation des télésoins : https://www.has-sante.fr/jcms/p_3168867/fr/reponses-rapides-dans-le-cadre-du-covid-19-teleconsultation-et-telesoin#toc_1_7

VI. Organisation de l’officine

1. Travail en pharmacie, quelles précautions à prendre contre le Covid

Infographie du Ministère du travail
https://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/covid19_pharmacie_v080520.pdf

2. Protocole national de la santé et la sécurité en entreprise

https://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/protocole-national-sante-securite-en-entreprise.pdf

3. Quelles sont mes responsabilités en tant qu’employeur ?

Selon le Ministère du Travail, l’employeur doit prendre en compte les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et la santé physique et mentale des travailleurs.

Ces mesures comprennent des actions de prévention des risques professionnels, des actions d’information et de formation, la mise en place d’une organisation et de moyens adapté et il doit veiller à l’adaptation de ces mesures pour tenir compte du changement des circonstances et tendre à l’amélioration des situations existantes.

L’employeur ne doit pas garantir l’absence de toute exposition des salariés à des risques mais doit les éviter les plus possible.

Dans la situation actuelle, il incombe à l’employeur de :

  • Procéder à l’évaluation des risques encourus sur les lieux de travail qui ne peuvent être évités en fonction de la nature du travail à effectuer
  • Déterminer, en fonction de cette évaluation les mesures de prévention les plus pertinentes,
  • Associer les représentants du personnel à ce travail,
  • Solliciter lorsque cela est possible le service de médecine du travail qui a pour mission de conseiller les employeurs, les travailleurs et leurs représentants, et à ce titre de préconiser toute information utile sur les mesures de protections efficaces,
  • Respecter et faire respecter les gestes barrières recommandés par les autorités sanitaires.

Plus d’information sur : https://travail-emploi.gouv.fr/.

4. Comment organiser ma pharmacie pour respecter les gestes barrières ?

Nous vous invitons à mettre en place un sens de circulation pour éviter le croisement des patients dans l’espace.

Apposer des marques au sol pour matérialiser des espaces d’au moins un mètre entre les patients qui attendent.

Equiper les postes de vente de moyens permettant d’éloigner les patients services du personnel servant : marquage au sol, rubalise de couleur…

Si possible, il faut également que vos salariés puissent être à distance d’un mètre les uns des autres.

5. Que faire en cas de menaces envers mon personnel ?

L’article L.433-3 du code pénal prévoit qu’est punie de trois ans d’emprisonnement est de 45 000 euros d’amende la menace de commettre un crime ou un délit contre les professionnels de santé. Vous pouvez donc porter plainte.

6. Comment dois-je nettoyer ma pharmacie ?

Nous vous recommandons de nettoyer 2 à 3 fois par jours les surfaces de travail (comptoir, bureau…), les poignées de porte, le téléphone, les claviers et les imprimantes. Les produits de nettoyage et désinfectants couramment utilisés sont efficaces contre le COVID-19.
Vous pouvez également mettre des protections en plexiglas sur les comptoirs pour protéger votre équipe.

Concernant la désinfection des surfaces contre le coronavirus :

  • L’ANSM recommande les produits avec la norme NF EN 14476.
  • Les produits à base d’alcool (alcool ménager avec 70% d’éthanol ou alcool à brûler à 90-95% d’éthanol) sont également efficaces.
  • L’eau de Javel > 0.05% constitue également une alternative efficace si on ne dispose pas de tels produits
  • L’utilisation de vinaigre ou d’huiles essentielles n’est pas recommandée car ils ne sont pas efficaces contre le coronavirus.

Pour se désinfecter les mains :

  • L’eau et le savon doivent être privilégiés.
  • En cas d’absence de point d’eau, il est possible d’utiliser du gel hydro-alcoolique.

Le ministère du travail met cette infographie à disposition

7. Comment informer facilement les patients ?

Santé publique France met à disposition de nombreuses affiches présentant les symptômes, les tests, les gestes barrières…

Elles sont téléchargeables sur le site : https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-et-infections-respiratoires/infection-a-coronavirus/articles/coronavirus-outils-de-prevention-destines-aux-professionnels-de-sante-et-au-grand-public

VII. Document unique d’évaluation des risques

1. Dois-je actualiser le document unique d’évaluation des risques ?

Oui, l’actualisation de ce document est nécessaire en raison de l’épidémie de Covid-19.

Il faudra envisager les situations de travail pouvant être vecteurs de transmission du Covid 19, comme par exemple un contact étroit avec une personne contaminée.

Les employeurs doivent assurer la sécurité et protéger la santé des salariés. Ils doivent évaluer les risques et mettre en place des mesures spécifiques. Ces informations doivent être inscrites dans le Document unique d’évaluation des risques : DUER A COMPLETER

VIII.  L’accompagnement médico-psychologique

Le ministère a mis par ailleurs en place une cellule nationale découte à destination de tous les professionnels de santé, qu’ils soient hospitaliers, médico-sociaux ou libéraux, étudiants en santé ou internes.

Accessible par le 0800 73 09 58 (n° vert), elle est ouverte 7 jours / 7 de 8h00 à minuit grâce à l’engagement de psychologues volontaires et bénévoles.

Objectif : permettre de répondre à un besoin d’écoute immédiat, d’évaluer la situation des appelants, de conseiller des actions de préservation, de protection mais aussi d’alerte à l’égard de leurs proches.
accéder à la plateforme nationale > composez le 0800 73 09 58 (n° vert)

IX. Enfants en danger ? Parents en difficulté ? Le réflexe « Allo 119 »

Les pharmaciens sont porteurs d’un potentiel particulier du fait de la densité de leur maillage territorial, mais aussi du professionnalisme de l’équipe officinale et des liens de confiance, voire d’intimité, qu’elle a souvent tissés avec les patients.

Cette proximité est un vrai levier pour identifier les difficultés psychologiques, déceler les situations à risque, recueillir des demandes de soutien et orienter.

Ne pas hésiter à appeler le 119 au moindre doute. Cet appel ne constituera pas un signalement, tel que cela peut être le cas pour des violences conjugales, car il est strictement confidentiel et couvert par le secret professionnel.

Sont disponibles sur le site du Cespharm  et à la commande :

Publication : 25 juin 2020 | Catégorie(s) : ,