Union des Syndicats de Pharmaciens d'Officine (USPO)

La priorité de l’USPO en 2024 : renforcer l’économie de l’officine pour préserver l’accès aux soins

L’année 2023 a été difficile à bien des égards : pénuries de médicaments sans précédent, contrôles et indus par les CPAM s’assimilant parfois à du harcèlement administratif, dégradation économique importante pour toutes les pharmacies.

A ces problématiques, dont les effets se feront encore ressentir en 2024, s’ajoutent des nouvelles inquiétantes de certains parlementaires souhaitant déréguler le réseau officinal, remettant en cause le monopole, la loi de répartition et l’indépendance de la pharmacie.

Pleinement conscient de ces difficultés et de leurs conséquences pour chaque pharmacien, j’ai porté, avec mon Conseil d’administration, de multiples actions pour défendre vos intérêts.

A titre d’exemple, notre syndicat a accompagné ses adhérents confrontés à des indus injustifiés ; nous avons obtenu un engagement des laboratoires pharmaceutiques de libérer les stocks de médicaments ; nous avons alerté les pouvoirs publics des difficultés économiques des pharmacies et lancé un mouvement de mobilisation inter-syndical qui nous a permis d’obtenir, pour l’instant, l’ouverture des négociations conventionnelles avec l’assurance maladie.

En 2023, l’USPO est également parvenue à concrétiser plusieurs de ses propositions. La prescription pharmaceutique est désormais officiellement reconnue pour les vaccins et pour certains antibiotiques après réalisation d’un TROD[1]. Le renouvellement des traitements chroniques à 3 mois est, enfin, inscrit dans la loi[2]. Toutes les informations médicales contenues dans le DMP sont désormais accessibles à tous les pharmaciens.

L’année 2024 sera cruciale pour la pérennité des officines. L’USPO est donc pleinement investie pour obtenir une nouvelle convention pharmaceutique à la hauteur des efforts des pharmaciens et qui valorisera leur rôle primordial dans le système de santé.

Si je suis profondément convaincu de l’importance du dialogue conventionnel et de la confiance accordée par les pouvoirs publics envers notre profession, je n’en reste pas moins conscient que les négociations se dérouleront dans un contexte difficile et des contraintes fortes sur le budget de la sécurité sociale. Pour autant, nous avons réussi à démontrer à l’Assurance Maladie que le dynamisme du poste médicament n’est pas de la responsabilité du médicament.  

Je serai donc particulièrement vigilant à ce que toutes les pharmacies bénéficient d’une réforme économique ambitieuse, et je vous solliciterai personnellement, dans l’éventualité où les négociations conventionnelles montreraient leurs limites.

Vous pouvez compter sur mon investissement et celui de mon Conseil d’Administration.

Très confraternellement,

Pierre-Olivier Variot, Président de l’USPO

[1] La loi de financement de la sécurité sociale pour 2024 inscrit la prescription pharmaceutique après réalisation d’un TROD pour l’angine et la cystite. Les pharmaciens pourront le proposer à leur patient dans le courant du 1er trimestre 2024.

[2] Un texte réglementaire est en attente de publication avant que la mesure entre pleinement en vigueur