Union des Syndicats de Pharmaciens d'Officine (USPO)

Libéralisation de la vente des médicaments en ligne, le retour !

Libéralisation de la vente des médicaments en ligne, le retour !

L’unité de la profession est nécessaire pour lutter contre une dégradation de la sécurité et de l’accès aux soins

Dans son discours de politique générale, le Premier ministre a annoncé vouloir « déverrouiller notre économie pour conquérir de nouvelles libertés » et préparer « un projet de loi au printemps pour déverrouiller certaines professions (…) comme la vente en ligne de médicaments par les pharmacies ».

Il y a dix ans, le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, envisageait de déréguler la pharmacie d’officine. Il y a quatre ans, le ministre de l’Economie, proposait de libéraliser la vente en ligne de médicament par la création de plateformes.

En 2024, nous voici, à nouveau, confrontés à ce serpent de mer.

 La création d’un « amazon » de la pharmacie est-elle la solution du Premier Ministre pour répondre aux problématiques prioritaires actuelles : pénuries de médicaments, désertification médicale, accès aux soins … ?

La libéralisation de la vente en ligne est inutile dans la mesure où les patients ont tous facilement accès à leur pharmacie. Sous prétexte de simplifier l’accès aux soins, elle fera du médicament un bien de consommation comme les autres, menacera la présence, pourtant indispensable, des pharmacies sur les territoires et aggravera l’empreinte carbone de notre pays.

Ce projet n’a aucun sens sauf pour satisfaire quelques intérêts économiques particuliers.

L’annonce du Premier ministre va donc à l’encontre de l’orientation prise par les pharmacies d’officine depuis dix ans, en accord avec le Président de la République, pour accompagner les patients au quotidien dans le bon usage de leur traitement.

Elle est également contraire à l’objectif affiché par le Gouvernement et l’Assurance Maladie de «sobriété médicamenteuse».

Inlassablement, l’USPO rappellera donc au Gouvernement l’importance de la pharmacie pour assurer la sécurité du patient, le bon usage des médicaments et renforcer l’accès aux soins dans tous les territoires, et particulièrement ceux confrontés à la désertification médicale.

A chaque fois, comme ce fut le cas en 2014 et en 2020, la profession s’est mobilisée pour faire reculer ces projets dangereux pour les patients et l’accès aux soins et empêcher la vente de médicament à partir de plateformes distinctes des officines.

L’ensemble des pharmaciens et de leurs représentants devront être unis dans ce combat.

Aussi, et dans un premier temps, l’USPO appelle le Gouvernement à recevoir d’urgence les représentants de la profession.

Pierre-Olivier Variot
Président de l’USPO