Dispensation de seringues préremplies : l’USPO reste défavorable

L’arrêté du 4 octobre autorise les pharmaciens à reconstituer les vaccins contre la Covid-19 et à les délivrer sous forme de seringues individuelles préremplies aux professionnels de santé autorisés à vacciner.

S’il réalise cette action, le pharmacien doit apposer sur chaque seringue une étiquette indiquant le nom du vaccin, son numéro de lot, la date et l’heure de reconstitution, la date et l’heure limite d’utilisation. Ces informations doivent également être apposées sur la pochette isotherme servant de transport pour les seringues qui doit être scellée.

Les professionnels de santé libéraux viennent récupérer le nombre de seringues souhaité munis d’une pochette isotherme souple de type Igloo ou équivalent permettant de maintenir les seringues à 2° – 8 ° C le temps du transport. Le ministère rappelle que le transport doit être rapide. A titre indicatif, le transport en condition estivale (20°C) est limité à 25 minutes pour les pochettes souples Igloo.

Le pharmacien veille à ce que les seringues soient transportées dans un conditionnement étiqueté et adapté. Il doit également tracer et enregistrer la date et l’heure de dispensation des seringues ainsi que le nom, la profession et les coordonnées de l’effecteur.

Un DGS Urgent précise les modalités de préparation des seringues préremplies pour les vaccins Pfizer et Moderna.

Une indemnité de deux euros est envisagée par l’assurance maladie pour cette action. Un arrêté devrait confirmer ce montant.

L’USPO rappelle son opposition à cette mesure chronophage pour la pharmacie d’officine qui va désorganiser notre activité et limite le rôle du pharmacien à de la logistique.

Elle doit rester exceptionnelle et ne pas devenir la règle.

Nous vous invitons plutôt à vous organiser avec les autres professionnels de santé, notamment les médecins et les infirmiers, en fonction des rendez-vous et des doses disponibles chez chacun pour vacciner les patients.

Publication : 8 octobre 2021 | Catégorie(s) :