Union des Syndicats de Pharmaciens d'Officine (USPO)

Les pharmacies ont choisi le camp du patient 

Lors de sa conférence de presse, le Président de la République a annoncé sa volonté de poursuivre les « chantiers sur les soins non programmés » et « déléguer des actes » aux autres professionnels de santé.

Dans un contexte de désertification médicale, et de temps médical contraint, le pharmacien est un acteur clé des soins de premier recours et des soins non programmés. De nombreuses évolutions sont encore possibles pour répondre au cap fixé hier lors de la conférence de presse. Ces avancées sont indispensables et attendues par les patients.

D’ici quelques mois, les pharmaciens pourront prescrire des antibiotiques après la réalisation du test angine et du test cystite. L’USPO continuera à porter une extension de cette prescription pharmaceutique, par exemple, dans le cadre de la prise en charge de la douleur dentaire.

Nous appelons également le ministère à publier, sans tarder, les textes d’application pour autoriser le pharmacien d’officine à renouveler les ordonnances des patients chroniques stabilisés pour trois mois supplémentaires, mais également à prescrire des substituts nicotiniques pris en charge.

Ces missions devront faire l’objet d’une rémunération à la hauteur de l’investissement des pharmaciens mais également des enjeux d’accès aux soins rappelés par le Président de la République.

Par ailleurs, pour assurer ces missions en toute sécurité et pour tous les patients, quel que soit leur lieu de résidence, les piliers de l’officine – indépendance, monopole et proximité – devront être préservés et renforcés.

En 2014, Emmanuel Macron, alors ministre de l’Économie, avait renoncé à déréguler la pharmacie d’officine en contrepartie d’une évolution progressive du métier. Lors de sa conférence de presse, le Président de la République a clairement reconnu cette orientation portée par l’USPO et le rôle essentiel des pharmaciens auprès des patients.

Pour autant, l’USPO sera particulièrement vigilante quant à l’orientation de l’acte II de la loi sur la croissance, annoncée par le Président de la République, et lui rappellera, si besoin, sa propre expression :  les pharmaciens « ont choisi le camp du patient et non celui du commerce ».

Pierre-Olivier Variot
Président de l’USPO