Projet de loi visant à libéraliser la vente en ligne de médicaments

Un projet de loi, préparé par le Ministère de l’économie prévoit de libéraliser la vente en ligne de médicaments en France. Il sera présenté au conseil des ministres en toute discrétion mercredi.

 

Nous avons besoin de votre avis dans un moment aussi stratégique.

Merci de répondre massivement à ce rapide sondage ICI

en cliquant sur le lien : https://fr.surveymonkey.com/r/pharmacie_internet

Ce sondage est ouvert à toute l’équipe officinale

pharmacien titulaire, pharmacien adjoint, étudiant en pharmacie, préparateur en pharmacie, apprenti préparateur en pharmacie

 

Ce projet banalise le médicament, menace les petites pharmacies et leur présence sur l’ensemble du territoire, à proximité des patients.

Un article de ce texte porte sur la pharmacie. Il prévoit :

  • la création de plateformes de vente en ligne de médicaments
  • la création de locaux extérieurs à l’officine sans réelle régulation
  • le changement des règles de calcul pour diminuer la présence d’un pharmacien adjoint

 

Ce texte prend le contrepied de tout ce que nous organisons avec le Ministère de la santé et l’Assurance maladie depuis plus de deux ans :

  • Renforcer le rôle du pharmacien vers l’accompagnement du patient au sein d’un parcours de soins en particulier dans les CPTS (communauté professionnelle territoriale de santé)
  • Garantir le bon usage et la sécurité du médicament, comme cela a été fait par l’ANSM il y a à peine quelques semaines avec le paracétamol, l’aspirine et les AINS en les retirant du libre accès dans les officines
  • Renforcer son action de professionnel de santé de proximité sur tout le territoire
  • Contrer une dérive purement commerciale du médicament et éviter de créer des pharmacies à deux vitesses

 

Nous ne pouvons accepter de telles contradictions et nous défendons avec le Ministère de la santé, le patient et non pas le commerce :

  • Les patients dans les territoires ont besoin de la proximité des pharmacies
  • La sécurité sur les médicaments ne doit pas être bradée
  • La finance et le commerce en ligne n’ont rien à faire dans la santé

 

Quelle logique gouvernementale pourrait justifier une telle contradiction au regard de tous les efforts de modernisation de la profession conforme au plan santé 2022, conforté par la décision de retirer certains médicaments du libre accès sans oublier la lutte contre la contrefaçon ?

 

Voici les premiers résultats d’un sondage réalisé en 2 jours dans l’ensemble des pharmacies et ayant récolté plus de 3200 répondants :

  • 97,7% des sondés ne pensent pas que le commerce électronique soit nécessaire pour avoir accès aux médicaments en France
  • 98,9% des sondés ne sont pas favorables au développement des plateformes pour les médicaments
  • 93,2% des sondés ne sont pas favorable à la modification des règles de calcul fixant le nombre de pharmaciens adjoints dans une officine
  • 97% des sondés sont prêts pour une mobilisation….

Publication :3 février 2020 | Catégorie(s) :