Union des Syndicats de Pharmaciens d'Officine (USPO)

Les piliers de la pharmacie d’officine à nouveau attaqués

Les piliers de la pharmacie d’officine à nouveau attaqués

Après les velléités du ministre de l’Économie en 2014, le rapport de l’autorité de la concurrence en 2019, la loi «ASAP» en 2020, la dérégulation de la pharmacie d’officine est à nouveau débattue à l’Assemblée Nationale.

En effet, le député des Français établis hors de France M. Ferracci travaille sur un rapport, qui pourrait déboucher sur une proposition de loi, visant à revenir sur les trois piliers structurant une offre pharmaceutique homogène pour les patients : loi de répartition démo-géographique, monopole pharmaceutique et indépendance financière.

Selon nos informations, les travaux porteraient, pour l’heure, sur la remise en cause du maillage officinale, la possibilité de vendre des médicaments en grande surface et sur la libéralisation de la vente en ligne.

L’USPO a sollicité M. le Député pour lui faire part de notre position. Ce dernier nous a opposé une fin de non-recevoir ; « il nous tiendra au courant de ses conclusions en temps utile ».

Si M. Ferracci avait accepté de nous recevoir, nous lui aurions rappelé que ces trois piliers assurent la sécurité des patients, un accès aux soins rapide et homogène sur l’ensemble du territoire et sont un rempart contre la financiarisation de la pharmacie.

Nous lui aurions également indiqué que le réseau officinal est essentiel dans un contexte de désertification médicale, et que les pharmaciens sont des professionnels de santé engagés pour accompagner les patients au quotidien dans le bon usage de leurs traitements, pour répondre aux soins non programmés, mais également dans des stratégies de prévention et de dépistage.

A chaque tentative de dérégulation de la pharmacie d’officine, l’ensemble de la profession s’y est fortement opposée et a obtenu le retrait de ces fausses bonnes idées.

Au-delà des difficultés économiques que subissent de plein fouet les pharmacies d’officine, il semblerait donc qu’une nouvelle menace plane sur le réseau.

Aussi, je tiens à alerter les pharmaciens d’officine.

La survie et l’avenir du réseau officinal sont entre nos mains. Pour obtenir une revalorisation économique à la hauteur de l’investissement des officines, pour faire reculer les menaces de la dérégulation, une mobilisation unanime et à la hauteur des enjeux sera nécessaire. Je sais pouvoir compter sur les pharmaciens d’officine !

Pierre-Olivier Variot, Président de l’USPO