Vaccination – une première évolution importante à poursuivre

Trois textes réglementaires parus au Journal officiel du 23 avril ont concrétisé une partie de l’avis de la Haute autorité de santé (HAS) du mois de janvier 2022 recommandant l’élargissement des compétences vaccinales des pharmaciens en matière de prescription et d’administration.

L’administration des vaccins non-vivants

Les pharmaciens d’officine sont autorisés à administrer :

  • le vaccin contre la grippe saisonnière aux personnes de 16 ans et plus ciblées par les recommandations vaccinales en vigueur et aux personnes de 18 ans et plus non ciblées par les recommandations vaccinales en vigueur,
  • les vaccins contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, les papillomavirus humains, les infections invasives à pneumocoque, le virus de l’hépatite A et B, le méningocoque de sérogroupe A, B, C, Y, X, la rage aux personnes de 16 ans et plus ciblées par les recommandations vaccinales en vigueur.

A suivre, la prescription des vaccins non-vivants

L’USPO se félicite de la publication de ces premiers textes qui représentent une avancée importante pour les pharmacies et un élargissement de leurs missions.

Pour autant, la prescription de ces vaccins, fortement attendue par la profession, n’est pas opérationnelle. Plusieurs étapes législatives et réglementaires doivent encore être validées.Nous regrettons cette autorisation en deux temps qui pourrait ralentir la stratégie ambitieuse évoquée par la HAS et retarder le renforcement de la couverture vaccinale au détriment des patients. Nous appelons le ministère de la santé à instruire rapidement le sujet afin que la prescription des vaccins non-vivants puissent entrer en vigueur.

Par ailleurs, nous demandons à la HAS et au ministère :

  • d’autoriser les pharmaciens à vacciner contre les papillomavirus humains dès l’âge de 11 ans afin de pouvoir lutter efficacement contre les cancers induits,
  • mais également d’administrer et de prescrire les vaccins vivants.

La rémunération de cette nouvelle mission

La nouvelle convention pharmaceutique entrera en vigueur le 7 mai prochain. Elle prévoit une rémunération de :

  • 7,5 euros pour la vaccination contre la grippe,
  • 7,5 euros pour l’administration des vaccins listés ci-dessus lorsqu’ils sont prescrits par un professionnel de santé autre que le pharmacien ou ceux à prescription médicale facultative,
  • 9,60 euros pour la prescription et l’administration des vaccins ci-dessus.

Cette rémunération devrait entrer en vigueur le 7 octobre prochain.

Concrètement, je peux vacciner aujourd’hui ?

Pour l’administration des vaccins à prescription médicale facultative (PMF) et celle des vaccins listés ci-dessus et prescrits par le médecin, le pharmacien sera rémunéré à partir du 7 octobre.

Pour la prescription des vaccins, une formation, qui doit encore être définie réglementairement, devrait être suivie par les pharmaciens d’officine, selon le ministère.

Nous appelons le ministère à s’appuyer sur les avancées obtenues pendant la crise Covid et à ne pas rendre une formation théorique obligatoire pour chaque vaccin.

L’USPO mettra à la disposition de ses adhérents des fiches pratiques pour la mise en œuvre de cette nouvelle mission.

Publication : 3 mai 2022 | Catégorie(s) : ,